Charlotte

A14979.jpg

 

La mère de Charlotte se suicide lorsque sa fille unique a neuf ans. Comme sa soeur avant elle. Et sa tante, sa grand-mère, son oncle et tant d’autres. Une sorte de malédiction familiale.

Charlotte sera élevée dans une tristesse grise par son père.

Son remariage avec une célèbre cantatrice alors que Charlotte est adolescente introduit un peu de joie dans le foyer. Et l’art aussi.

Charlotte découvre la peinture et s’y plonge corps et âme jusqu’à ce que l’arrivée des nazis au pouvoir l’empêche de poursuivre ses études aux Beaux-Arts.

Elle fuira alors, laissant derrière elle famille et amour.

Ce roman raconte l’histoire de ce peintre au travers du regard passionné de l’auteur.

Mais j’ai trouvé justement que la passion manquait au récit. Le sujet est difficile et je l’ai trouvé à peine effleuré. Les phrases courtes donnent du rythme au récit mais les multiples incursions de l’auteur qui, pour moi, n’apportent strictement rien à la narration, m’ont gênée.

Je sais que j’émets un avis archi minoritaire mais c’est un livre que j’oublierai aussi rapidement que je l’ai lu même s’il a au moins le mérite de m’avoir donné envie de découvrir les toiles de Charlotte Salomon.

Tous les goûts sont dans la nature.

Publicités

Une réflexion sur “Charlotte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s