« La fractale des raviolis »

liv-6173-la-fractale-des-raviolis

« Je suis désolé, ma chérie, je l’ai sautée par inadvertance. »

Rien de tel pour donner des envies de meurtre à une femme. Mais le crime parfait va être empêché par l’arrivée inopinée d’un jeune voisin. Le lecteur va alors plonger dans les souvenirs de la femme trompée, les histoires gigognes articulées les unes aux autres par autant de points de détail.

Tout comme pour « Le liseur du 6h27 » , j’avais lu d’excellentes critiques de ce roman, y compris chez mon libraire qui se disait emballé.
Et, comme pour « Le liseur du 6h27 », j’ai été déçue.
Point de niaiserie ici cependant mais la succession de récits tient plus du travail de la nouvelle que de celui du roman. Ce sont, pour moi, deux genres totalement différents et, malheureusement, je n’aime pas les nouvelles. Tout va trop vite, les personnages n’ont pas le temps d’être approfondis et la chute est trop soudaine.
Je n’ai donc pas aimé ce roman qui, pour moi, n’en est pas un. Mais j’ai depuis appris à me méfier de l’uniformité des avis sur certains ouvrages. Pas sûr que je replonge de sitôt dans les emballements des rentrées littéraires.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s